Interviews artistes

Quelques questions à… Monomite

Quelques questions à… Monomite

 

PWFM : Hello Monomite, pour commencer est-ce que tu pourrais te présenter en quelques mots ?

M : Yo,

Ben 75019 , 20-1 connexion.
La vérité c’est que mon blaze vient d’une émission que je matais de Karim Debbache (big up)  qui s’appelle Crossed (sur les adaptions ratées de jeux vidéo au cinéma).
Y’a un épisode où il parle de Monomite et ça m’a parlé à ce moment-là donc sans trop me poser de question j’ai gardé le blaze, ça fait écho au fait que j’essaie d’apporter ma patte à la musique mais qu’au fond je produis quelque chose qui a déjà été fait des milliards de fois.

PWFM : Trax décrivais ton album Space Time Body and Soul comme « une odyssée funky/jazzy parsemée de broken beat », c’est comme ça que tu le conçois ?

M : Ce n’est pas un EP dont je ne suis pas particulièrement fier à vrai dire, mais plutôt nostalgique.
Enfaite c’est surtout un premier pas vers l’extérieur à une époque où j’essayais d’assimiler un max de codes qui m’entouraient (Beat x Changers, Tap Water Jam) notamment avec cette effervescence à Paname autour de la musique électronique.
Mais bon, dès que j’essaie de copier un truc, je suis tellement maladroit que ça donne forcément du Monomite.

PWFM : Tu as récemment joué aux cotés de Mad Rey sur la barge de Concrete, c’était ta première prestation là-bas ? Est-ce qu’il y a un club ou tu révérais de jouer ?

M : Ma deuxième (une première avec Pulkone) d’ailleurs big up à lui, Promesses a  joué et ils ont retournés le Woodfloor avec de la jungle, les gens partaient en pogo c’était chaud.
Je m’en fous un peu du club en fait, tout ce que je veux c’est un très bon Soundsystem,  des gens cool,  de la communication et de l’amour.
En fait je kiffe jouer en plein air aussi, surtout au coucher du soleil en été, que ce soit un concert ou un DJ Set.

PWFM : T’es pas seulement un artiste House, tu bosses aussi avec des rappeurs comme Alpha Wann ou Jazzy Bazz … c’est facile de jongler entre ces deux mondes ?

M : Franchement c’est le même monde, en tout cas moi dans ma tête.

Après j’ai eu des phases un peu difficiles où quand je lance un morceau, dès les premières secondes je suis en train de me demander où je vais le placer, et généralement ça bouffe mon inspi j’arrive à rien après.

J’ai mis quelques mois à comprendre qu’il fallait juste que je fasse mon truc, sans forcément me poser trop de questions, ce que je dis n’est surtout valable que dans un travail de production solo devant un ordinateur, car lorsque je suis en groupe toutes ces barrières tomben. La conception de la musique est alors tellement plus instantanée… Je veux inclure plus de musiciens live dans mes prochains projets.

PWFM : Quand on se balade sur ton Facebook, on reconnait tout de suite ton amour pour les synthétiseurs… Il y a une machine que tu préfères ? Laquelle conseillerais-tu à un jeune artiste qui veut se mettre à la production ?

M : Totalement le Space Echo de mon frère qu’il faut que je fasse réparer…
c’est une histoire que je raconte tout le temps mais il l’a acheté 30 € à une brocante. Sinon je kiffe bien le combo SP 404  + MPC  y’a moyen d’être très inventif avec.
Pour un jeune artiste qui veut se mettre à la production, je lui conseillerais surtout d’entraîner ses oreilles, d’avoir une bonne écoute, et de tester ses morceaux (ou des morceaux qu’il écoute depuis toujours) dans le maximum d’endroits possible (voiture, soundsystem, téléphone, macbook radio cassette etc etc…)
Pour une première machine tout dépend du parcours de chacun… un ordi étant déjà un premier outil extrêmement puissant. J’ai vu des gens construire des trucs avec rien… et une fois que t’accumule du matos quand t’as appris à partir de trois crottes de nez, tu comprends le panel de possibilités qui s’ouvre à toi (qui est une chose que tu peux difficilement considérer lorsque tu as trop de matériel d’un coup …)

PWFM : Ça fait mal une baffe de Georges Moustaki ?

M : Plutôt ouais, pour l’anecdote une des mélodies de ce morceau vient vraiment d’un vinyl de Georges Moustaki c’est censé être le bruit des singes dans la forêt..

PWFM : Dimanche tu vas faire danser La Plage de Glazart avec la soirée BeatxChangers… on peut s’attendre à quoi ?

M : De la glace  saupoudrée avec un peu de funk

PWFM : Pour finir on va faire un triple Big Up : 1 Track, 1 jeune artiste et 1 label qui te font kiffer en ce moment :

M : Hormis tous mes potes qui me font grave kiffer en ce moment (shout out cela qui savent)

D’angelo – The Charade

Dj Harrison  
Superfly Records

 

Merci à Monomite d’avoir répondu à nos questions  et merci à Fred de Beat X Changers d’avoir permis cette interview.

David

ON AIR sur PWFM
Podcast Johnny Saucepiquante Podcast Vakarm PODCAST Mila Dietrich
Badaboum Airlines

Newsletter