Interviews collectifs et labels

Autour d’une table avec Milan Kobar, fondateur de Why Are We Here

Autour d’une table avec Milan Kobar, fondateur de Why Are We Here

Why Are We Here a vu le jour il y a environ 3 ans lors d’une balade nocturne à 3000m d’altitude dans les Alpes. Associez à cela que Milan Kobar, fondateur de WAWH, est également un grand fan de Jeff Mills et notamment les fameux Something in the Sky… Et là, c’est le déclic ! Il décide de créer une plateforme influencée par les étoiles et la recherche spatiale.

Au départ, des podcasts partagés dans le monde, allant de l’ambiant la techno, ou encore la house puis Madlex se joint à l’aventure, tout comme Hemka, Emerging Patterns, Hydrangea… Le label apparaît alors comme une évidence dès octobre 2015.

300 copies écoulées en peu de temps, WAWH souhaite continuer sur la lancée en se concentrant sur l’évolution d’un studio, la promotion d’événements, les sorties physiques et digitales, tout en laissant une large place à l’aspect visuel et graphique du projet.

 

MOMENT MUSIQUE

PWFM : Pour démarrer en douceur, on va te proposer quelques tracks, dis-moi ce qui te vient par l’esprit :

Milan Kobar : Que dire de cet indémodable classique que l’on reconnaît dès les premières notes… Un morceau qui vieillit peu non ? J’en garde de très bons souvenirs que ce soit lors de sa sortie car oui à l’époque il passait en radio… J’avais environ 7 ans et appelait ça de la « dance ».
Un autre souvenir : Prosumer qui passe ça un dimanche soir de 2011 dans un Panorama Bar, des volets qui s’ouvrent sur une jolie fin d’aprèm ensoleillée… 
En conclusion, vocal magique, refrain entêtant… un truc culte de toute une génération ! J’adore ce genre de track en closing mais perso j’en ai d’autres en stock.

 

Milan Kobar : Un morceau très deep, à mi-chemin entre de l’ambiant et de la deephouse… On sent aussi pas mal l’influence minimale des débuts 2000 dans ce track d’un artiste peu connu du grand public.
Je ne connaissais pas cette chanson. J’ai joué des remixes mais l’originale ne m’avait pas marqué.
Mon favori reste le remix de Max Farlane, peut-être un peu plus rythmé… Possible que je mix aussi ce genre de choses au festival la Mouche sur le Cuir.

 

Milan Kobar : Encore une fois, un grand classique que tout le monde reconnaît dès les premières notes ! 
J’ai beau avoir 2000 vinyles, celui-ci est toujours rangé dans un mini bac de mon salon, à côté des Louis Armstrong ou Miles Davis… Des pièces intemporelles qui sont toujours agréables à redécouvrir.
Je suis très fan, c’est un groupe qui a marqué son époque et on ressent très vite l’ambiance des 60’s à travers les morceaux de ces petits californiens 🙂

 

Milan Kobar : Rrose… un/une artiste aussi génial que dingue ! Il fait également partie des artistes dont je souhaite avoir la complète discographie et j’achète ses vinyles à chaque nouveauté. Il marque pour moi la découverte d’un style de techno très mental et plus approfondi… Sûrement un tournant dans mes influences car j’ai découvert cet artiste comme beaucoup en achetant les vinyles de Sandwell District aux alentours de 2010, un label qui reste une de mes plus grosses influences technos de ces 15 dernières années. Une belle balle acid mentale et ténébreuse ! 

Milan Kobar : Alors ça, c’est un des tracks les plus connus de WAWH. Une jolie demo d’Hemka assez inspirée qui avait bien intégrée l’atmosphère du label. Le morceau s’est retrouvé masterisé chez Artefacts Mastering aka Dadub..

A vrai dire je ne sais plus trop comment j’ai choisi celle-là, toujours est-il que la dynamique et l’ambiance qu’elle dégage attirent pas mal l’attention. Elle avait même servi sur le trailer du Château Perché où Hemka mixait entre autre aux cotés de kobosil et fabrizio lapiana…
Ca sonne acid, ça sonne spatial et surtout ça sonne techno !!

PWFM : A ton tour… Est-ce que tu peux nous proposer quelques tracks que tu affectionnes particulièrement, qui représentent ta vision de la musique ?

Et enfin Jeff Mills – Something In The Sky 1,2,3,4,5,6,7…

 

MOMENT INTERVIEW

PWFM : Comment se profile l’avenir chez WAWH ?

Milan Kobar : Tout d’abord, le prochain vinyle ! Avec, et je vous l’annonce en exclusivité, un morceau d’Easy Morph suivi d’un remix de Deepbass ! Les 2 autres morceaux sont encore secrets, mais plus pour très longtemps puisque ça sort très bientôt, avant l’été… Vous pourrez également vous fournir quelques copies limitées en version CD.

Evidemment, on continue toujours les podcasts, mais on va commencer à les sortir au compte-gouttes, un peu quand je le souhaite.

Quant aux events, une série de release parties, peut-être à Paris !

PWFM : Pour rappel, tu es un fervent défenseur du vinyle, tu as déjà bien écrémé l’Europe, tu es également à la tête du label, organisateur de nombreuses soirées… Et maintenant, quoi de nouveau ?

Milan Kobar : Je dirais que toutes ces différentes casquettes m’ont permis d’avoir des approches différentes de la musique électroniques et cela me sert dans tous ces différents jobs.

Là, je rentre tout juste de Londres où je jouais en B2B avec Jack de Marseille pour un festival autour de la French Touch. Nous représentions le Château Perché, festival pour lequel je suis résident. Ce fut un réel plaisir de jouer aux côtés d’une telle légende de la musique électronique française !

Concernant les prochaines dates, je me suis pas mal restreint cette année, histoire de pouvoir passer plus de temps en studio car je travaille beaucoup sur de nouveaux morceaux.

Mais cela ne va pas m’empêcher d’aller en Chine, pour une date sur la muraille aux côtés de Jack de Marseille ainsi que Savaggio. Ça s’annonce dingue !

A côté de ça, j’ai repris une partie de la direction artistique du Château Perché Festival qui est un événement pour lequel je bosse depuis la première édition. Je suis tombé amoureux du staff, de la mixité musicale de ce grand bazar et de ces lieux uniques qui ne peuvent pas laisser indifférent.

 

See you there ? 

ON AIR sur PWFM
Podcast Johnny Saucepiquante Podcast Vakarm PODCAST Mila Dietrich
Badaboum Airlines

Newsletter