Playlists Reports

Austérité et mysticité : Blocaus et la Machine invitent Jealous God

Austérité et mysticité : Blocaus et la Machine invitent Jealous God

Samedi dernier le collectif Blocaus fêtait son retour à la Machine du Moulin Rouge après plus d’un an d’absence. Comme toujours le collectif fait fort : reconnu pour ses line-up à la fois précurseurs et de qualité, c’est le label Jealous God qui était à l’honneur.  Créé à la base par Juan Mendez, James Ruskin et Karl O’Connor en 2013, il est maintenant géré en grande partie par Juan – aka Silent Servant – laissant ses deux acolytes se concentrer sur leurs labels d’origine : Blueprint et Downwards.

Telle une renaissance pour le label Sandwell District, lancé par Juan et Karl dans les années 2010, Jealous God met en avant cette culture post-punk et industrielle avec un aspect plus novateur. Juan définit le comme une sorte de parcours sensoriel et personnel : “A la base, l’idée c’était la couleur. Progresser du noir vers le blanc. Puis le concept a commencé à tourner autour d’une expérience relative. Laisser les gens raconter leur expérience créative à travers leur support préféré.” Musique et art sont donc étroitement liés au fil des divers prestations des artistes.

Pour notre plus grand plaisir ce samedi, c’est Juan Mendez qui s’était chargé de la scénographie et de l’artwork de la soirée. Concernant le line-up, la soirée débutait avec un DJset de Silent Servant, puis trois lives à la suite : December, Broken English Club et Varg, à nouveau Silent Servant, d’abord seul puis en duo avec Phase Fatale, ce dernier prenant les rênes pour terminer la soirée. Une programmation qui semble éparpillée ou répétitive, avec un Juan se produisant trois fois, mais on aura très vite compris qu’ici, l’idée était centrée sur l’expérience. D’une part via la scénographie : le devant de la scène étant recouvert de fleurs de lys et avec de par et d’autres du booth les logos du label, l’ensemble donnant une sorte d’ambiance à la fois très austère et mystique . Concept esthétique mais aussi musicale, chaque prestation étant guidée par les artistes et leur perception personnelle, Varg osant même clôturer son live par du cloud rap, avec des samples de Yung Lean. Ambiance dark, EBM, ambient,…

Une soirée peu commune d’un point de vue sonore, on ne boudera pas ce plaisir, habitué à trop de monotonie dans le monde de la techno parisienne. Retour sur la soirée à travers quelques tracks !


Broken English Club


Varg


Phase Fatale x Silent Servant

 X 


Phase Fatale


On se retrouve bien évidemment à la prochaine Blocaus, qui se tiendra le 15 décembre au Rex Club, en compagnie de l’un des meilleurs duos du moment : Karenn, accompagné de la protégée de Marcel Dettmann, Dr. Rubinstein !
Pour les plus joueurs, des places sont à gagner dans l’agenda de PWFM mais aussi sur PIWI, l’appli iOS et Androïd de PWFM 😉

Chloé Grienenberger

ON AIR sur PWFM

Newsletter