Reports

Pour les 30 ans du Rex, Chez Damier vient mettre un gros coup d’(p)house

Pour les 30 ans du Rex, Chez Damier vient mettre un gros coup d’(p)house

Depuis les Jungle, premières soirées électroniques organisées par le Rex Club les mardi soirs de mai 1988, le Rex s’est vite imposé comme l’un des clubs pionniers de Paris et plus globalement en France. Si le club proposait du Rock quand il ouvrit ses portes au public, la house et la techno ont progressivement pris les devants pour offrir au lieu sa renommée internationale, jusqu’à devenir une institution à part entière.

Reconnu pour ses line-ups pointus et son sound-system hors du commun, le temple de la musique électronique parisien a aujourd’hui 30 ans. Un anniversaire souhaité comme il se doit puisqu’une série d’évènements seront organisés comme pour ses 25 ans, un retour sur son histoire influencée par les vibes de Chicago, Detroit, puis plus tard de Berlin et de Paris.
Après 2 années de soirées Jungle, remplies d’house et d’acid-house aux influences anglaises et américaines – la relève de Laurent Garnier au Rex ; le club a été doté d’un nouveau DJ booth et d’un système son multi-diffusion qui ont permis de le démarquer des boites émergentes, un sound-system toujours pertinent d’ailleurs 12 ans après. La scène allemande minimal-techno et la scène parisienne sont ensuite apparues et ont forgé l’identité du club, qui a dès lors toujours tenu à faire perdurer son image house et techno.

Pour cette première célébration, c’est avec Dure Vie, organisateur d’évènements, agence de booking et webzine, que le club a décidé de s’associer. Chez Damier fut choisi comme invité d’honneur pour un mix all night long, son premier à cet endroit. Un choix minutieux et loin d’être anodin puisque l’artiste a grandi à Chicago et Detroit avec les plus grands, tels que Ron Trent ou Derrick May, ce dernier ayant eu l’occasion de jouer aux débuts du Rex.

Toute la soirée a été inondée de pépites house, très mélodiques, mélangeant vocales, instruments de Jazz et Disco tels que le piano ou le saxophone et une basse des années 90. Les influences musicales qui ont construit les premières générations de producteurs et les débuts de la House music ont clairement été représentées pendant cet événement, idéal pour ravir un public pourtant déjà enthousiaste. Si la plupart de gens sont partis avant les coups de 5h, une poignée d’entre eux sont restés jusqu’à un closing phénoménal grâce au Give Me The Night de George Benson.


Nous remercions l’artiste Chez Damier pour son formidable travail, à Dure Vie et Jade pour leur remarquable organisation et le Rex Club pour cette fabuleuse soirée.

 

Julien D.

ON AIR sur PWFM

Newsletter