Festivals

Sónar Festival 2017

Sónar Festival 2017

Le Sónar festival fêtait cette année sa 24ème édition et asseyait au passage un peu plus sa position d’événement devenu incontournable dans le paysage pourtant bien chargé des festivals européens. Pendant quelques jours, la ville déjà habituellement festive et ensoleillée de Barcelone palpite au rythme des différents événements, et il est difficile d’imaginer une meilleure occasion pour la découvrir et pour commencer l’été.

Le premier atout expliquant sa longévité est une programmation diversifiée, repartie en Sónar by Day, à proximité du magnifique Museo Nacional, et Sónar by Night, un peu plus au sud derrière Montjuic.

Après un opening DJ set de Björk le mercredi soir, les jours et nuits suivants ont été rythmés autant par du rap et du hip-hop que de la house, de la techno et une grande variété de musiques alternatives, électroniques, hybrides, et résolument modernes. Chaque année nouveaux talents, headliners habituels, et artistes émérites se partagent l’affiche, avec des noms comme Jon Hopkins, Prins Thomas, Nicolas Jaar, Moderat, Bawrut, Derrick Carter, un projet transdisciplinaire de Dopplereffekt, ou encore Jacques ou Little Dragon.


Mais au-delà de la programmation musicale éclectique et pointue, l’un des atouts majeurs du festival a toujours été de vouloir mélanger les disciplines et de mettre en avant différentes formes d’art, se diversifiant de plus en plus au fil des années et proposant entre autres des conferences, des projections de courts-métrages et de documentaires, et des expositions. À l’affiche cette année par exemple, la performance mêlant dance, technologie et musique électronique de Aimar Pérez Galí, ou encore une experience innovante de Mark Bain, qui utilise des capteurs sismiques pour enregistrer les vibrations du Mies Van der Rohe Pavillion et les reproduire après amplification sur des hauts parleurs disséminés dans la bâtisse ainsi que sur ses différents points d’eau.

La cinquième édition de Sónar+D, qualifié de « congrès ou la technologie et les industries créatives convergent », mettait quant à elle l’accent sur la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle et la technologie appliquées à la musique ; étaient conviés entre autres différents chercheurs, programmeurs, et artistes. S’y tenaient également des démonstrations sur Ableton, Native Instruments et Pioneer, en compagnie de KiNK, Overmono et Joe Goddard, l’une des fameuses masterclass « Deconstruction » de Point Blank ainsi que des workshops portant autant sur le marketing digital, la programmation de bots que sur le sound design.

Enfin dernier atout, et non des moindres, toutes les Sónar Off qui envahissent la ville pendant l’événement, et qui sont devenues un rendez-vous annuel pour les meilleurs DJs, labels, et producteurs internationaux, avec des line ups qui, additionnées à celles du festival, ont de quoi faire rêver.

Il est rare qu’un événement de cette envergure conserve une identité propre, mais pour le Sónar cela ne semble être qu’une simple formalité tant la direction artistique parvient à rester cohérente tout en diversité, et innove chaque année en floutant un peu plus les frontières entre les formes d’art.

 


Vous pouvez retrouver une parties des prestations enregistrées en live ici
Le site officiel du Sónar 

 

Crédits photos, dans l’ordre :
© SÓNAR PRESS, MODERAT
PAVELLÓ MIES VAN DER ROHE
© SÓNAR PRESS, SÓNARVILLAGE, AMBIENTE

Article par Marianna

ON AIR sur PWFM

Newsletter